Vers l’azur noir (1988)

Pour guitare et orchestre de chambre : clarinette, clarinette basse, percussion et douze cordes (20’).
Percussion : marimba, cloches-tubes, 5 toms, 3 tam-tams (grave, médium, aigu).

Commande de l’État dans les Régions

A Marie-Thérèse Ghirardi

Création le 26/4/89 à Évreux dans le cadre du 4ème Festival de Musique Contemporaine par Marie-Thérèse Ghirardi et l’Ensemble Orchestral de Haute-Normandie, direction Max Pinchard.

Inédit

Il s’agit de la première tentative d’une œuvre de nature concertante. En exergue de la partition est noté: « Ainsi toujours vers l’azur noir… » (Arthur Rimbaud, Ce qu’on dit au poète à propos de fleurs). Après Aubes et Zénith et avant Pour voir la nuit fléchir, Lemaître nous livre encore une pièce (à base de cordes d’ailleurs) illustrant son intérêt pour certains « moments » de la nature. « J’ai recherché à transcrire cet « entre chien et loup » qui perturbe nos sens » déclare-t-il. Cette œuvre est sans doute à rapprocher de Lezea 2 qui naîtra quelques années plus tard et s’inspirera aussi d’une « sensation visuelle ».

Pierre Albert Castanet

Fermer le menu