Nuages blancs (2016)

pour trois clarinettes et deux ensembles de cordes – trois violons et deux altos dans chaque ensemble – (9′)

Commande du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Charleville-Mézières.

Création le 25/6/16 à Charleville-Mézières (Auditorium du Conservatoire à Rayonnement Départemental) par les élèves du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Charleville-Mézières sous la direction de Jérôme Schmitt

Éditions Musicales Rubin

La contemplation des nuages est à l’origine de cette pièce et plus précisément leur caractéristique première : le mouvement perpétuel de masses vaporeuses aux contours flous et instables car la nature même des nuages est de l’ordre de l’insaisissable.
C’est pourquoi l’imaginaire lié aux nuages répond également aux rêveries autour du lointain, de l’infini, de l’indéterminé et du changement continu.
Les nuages blancs évoquent les ciels du peintre René Magritte.

Fermer le menu