Ganesha (2001)

pour deux contrebasses et dix saxophones alto (10’)

Commande pour la résidence au CNR de Rouen et en région Haute-Normandie

Création le 26/3/02 à Rouen (Auditorium du CNR) par Esther Chen-Thiry, Emilien Levistre et la classe de saxophones du conservatoire, direction Marc Sieffert

Éditions Jobert

Ganesha, figure vénérée en Inde, est souvent reproduite sous la forme d’une statuette avec tête d’éléphant, une grande trompe sur un énorme corps glouton, cavité déformée (mélange d’éléphant et d’homme). C’est cette perspective d’asymétrie et ce sentiment de difformité que l’on rencontre dans l’étonnante nomenclature de cette œuvre hybride. « Ce manque apparent d’harmonie dans la représentation de la divinité, cet ensemble de grotesque et de solennel, de lourdeur et de légèreté (gros ventre sur une souris ou sur une fleur)… représentent la contradiction de la vie, toutes les possibilités de la vie et toutes ses expressions dans le temps et dans l’espace… dans le monde mouvant des apparences ou des réalités éphémères » note Dominique Lemaître.

Au niveau technique, il est aisé de retrouver quelques procédés d’écriture chers au compositeur : échos (comme une ré-injection électroacoustique) avec déplacement dans l’espace, tuilages, spectre balayé en crescendos / decrescendos décalés (comme dans Eau-forte)…

Pierre Albert Castanet

Fermer le menu