Novae (2002)

pour huit instruments : flûte, cor anglais, clarinette, basson, cor, trompette, trombone et contrebasse
Commande de la D.R.A.C. de Haute-Normandie
Création le 7/5/04 à Rouen par l’Orchestre de l’Opéra de Rouen / Haute-Normandie, direction David Stern

Éditions Jobert

CD LI 11-0601 Ensemble Stravinsky, direction Jean-Pierre Pinet

Le compositeur s’est expliqué sur le rapport au titre : « De temps en temps l’éclat visuel d’une étoile assez faible augmente pendant quelques heures d’ un facteur de l’ordre de 10 000 (10 magnitudes) ; après avoir augmenté un peu plus, l’éclat passe par un maximum, avant de diminuer vers un éclat proche de celui d’avant l’éruption. Il s’agit d’une nova. Pendant une éruption, l’éclat d’une nova passe par plusieurs étapes. Les novae parcourent ces étapes plus ou moins vite; aussi parle-t-on de novae lentes, rapides et même récurrentes ».

La pièce utilise la même formation (à part le cor anglais au lieu du hautbois) qu’Octandre, la célèbre pièce de Varèse. Mais dans Novae, une disposition particulière est utilisée (les quatre bois sur la gauche de la scène, la contrebasse au centre et les trois cuivres à droite). La partition rend compte d’ailleurs de cette spatialisation particulière puisque la portée de contrebasse est placée au milieu du système.

Fermer le menu