Et le soleil comme désir (2007)

pour violon, violoncelle et piano (10′)
Création le 7/6/08 à Paris par l’ensemble Calliopée

Éditions Musicales Rubin

CD LI 13-0901, Atelier Musical de Touraine : Fabien Boudot, Delphine Biron et Carole Carniel-Petit

« Cette oeuvre aux couleurs fortement dissociées se présente sous le double sceau des notes La et Si bémol (entendues dès le début) : sortes d’attracteurs étranges (provocateurs ou discrets) qui modèlent les divers moments de l’œuvre. Tout au long de la pièce, ces deux hauteurs vont apparaître comme des points de repère que l’on oublie, retrouve ou garde en mémoire et qui traversent les différentes plastiques sonores rencontrées. »

D.L.

Le poète Alexis Pelletier a écrit un texte en “résonance” avec cette composition qui tire son matériau de l’oeuvre antérieure Un oubli servant d’étoile, et que l’on peut lire en préface de la partition :


Et le soleil comme désir
Quand ce qui vient toujours est mystérieux
même si l’impression voudrait
nous dire que cela se répète
alors que plus sourde est l’atmosphère
et que c’est un départ
les dieux peut-être sont là
mais oubliés pour
une plus grande liberté presque
une naissance en pleine nuit c’est cela
Et pourquoi chercher encore
ce que nous écoutons du monde
quand il s’agit de nous laisser aller
au temps dans l’intervalle tracé
par le scintillement du violon et du piano
et la rumeur du violoncelle sur trois cordes
Le soleil et le désir signent ainsi
comme notre chant

Alexis Pelletier

 

 

Fermer le menu