Aeon (2015)

pour clarinette et alto (10’)
Commande d’Alain Celo pour les quarante ans de Jérôme Schmitt
Création le 30/4/16 à Charleville-Mézières (Auditorium du Conservatoire à Rayonnement Départemental) par Jérôme Schmitt et Alain Celo

Éditions Musicales Rubin

On peut lire en exergue sur la partition ces quelques vers d’Arthur Rimbaud (1854-1891):Elle est retrouvée. Quoi ? – L’Éternité. C’est la mer allée Avec le soleil.

Un premier questionnement m’accompagne lorsque je débute l’écriture de la pièce : Est il possible de traduire avec deux instruments une apparence d’éternité (aeon en anglais) ?

Puis je rencontre par hasard cette phrase de Friedrich Nietzsche : »Voilà ce qui nous arrive en musique : il faut d’abord apprendre à entendre en général, un thème ou un motif, il faut le percevoir, le distinguer, l’isoler et le limiter en une vie propre ; puis il faut un effort et de la bonne volonté pour le supporter, malgré son étrangeté, pour exercer de la patience à l’égard de son aspect et de son expression, de la charité pour son étrangeté… »

Il s’agit donc selon le philosophe d’apprendre à écouter et à aimer l’étrangeté. En musique comme ailleurs. La création artistique serait donc porteuse d’un message généreux de résistance à l’homogénéisation des pensées.

 

 

Fermer le menu